Weekly Monstrorama #47

Regarder les étoiles est généralement quelque chose d’assez magique. On se surprend à s’imaginer à la vie des années en arrière. On se demande même parfois si quelqu’un quelque part ne nous observe pas aussi, au même moment… Réalisé par Barry Sonnenfeld (Addams Family), produit par Amblin (la boîte de prod de Steven « vive les 90’s » Spielberg) et sorti en 1997, Men In Black répond clairement à la question de la vie extraterrestre. La galaxie est remplie d’aliens suintants, purulents et parfois marrants… Ils sont même déjà chez nous. Qui sait, votre voisin de palier vient peut-être d’un autre système solaire… Cela expliquerait d’ailleurs sa tête de con et son caractère de cochon. Allez en soucoupe les amigos, on file à New-York, botter du cul intersidéral aux côtés de nos potes du MIB !

C’est un film qui parle de quoi ?
Je vous la fait courte, on a une invasion alien sur les bras. J (Will Smith) et K (Tommy Lee Jones) sont deux agents du MIB, une agence secrète chargée de gérer la vie des aliens à New-York. Ils surveillent également les plus dangereux envahisseurs, histoire qu’on puisse continuer à vivre peinard sur notre jolie petite planète bleue. Et puis, comme l’indique le costard et les lunettes de soleil, ils travaillent aussi à cacher l’existence des extra-terrestres à la population humaine. Tout seul on pourrait comprendre et accepter, mais en groupe, qu’est ce qu’on est con ! Pour la première mission de l’agent J (prononcez « jèy », c’est américain), nos deux compères doivent retrouver et éliminer un cafard géant venu voler une galaxie et créer ainsi ne guerre galactique. Généralement, c’est pas le genre de truc qui se gère avec une poignée de main… Enfin, de tentacule…

weekly-monstrorama-1997-men-in-black-top

C’est quoi le monstre de la semaine ?
Le monstre de la semaine est un cafard galactique géant, confortablement installé dans un costume d’Edgar, un redneck qu’il a eu le bon goût de zigouiller, évider afin d’utiliser sa peau comme déguisement. Hihi. Ce gros alien est nommé par les spécialistes eux-même sous le nom scientifique de « bestiole ». Merci les spécialistes.

Il fait quoi ce monstre ?
Après avoir vidé un redneck de sa chair pour voler sa peau, s’être emparé d’une galaxie contenue dans un collier de chat et avoir foutu le dawa dans les rues de la grande-pomme (en butant au hasard quelques losers qui traînaient par là), la bestiole décide de rentrer chez-elle. On la comprend, si loin de chez elle, elle devait avoir le cafard. Mais rassurez-vous, à la fin, tout finit bien pour nos agents du MIB, car comme le dit le proverbe indien « Jamais cafard n’a homme ! ». Le mec qui m’a appris ça travaille dans un tandoori, il sait de quoi il cause…

Pourquoi ce monstre est cool ?
C’est monstre est cool car il est un entre-deux permanent. Il est assez amusant (allez-y je vous met au défi de ne pas sourire devant ses mimiques nerveuses) et extrêmement dégoûtant (allez-y, je vous mets au défi de ne pas dégobiller quand il lâche un tas de blattes fraîches dans l’assiette d’un type). Techniquement il mélange également les styles puisque le film et les effets spéciaux sont gérés parfaitement avec la bonne dose de CGI (pas trop, juste une pincée) et un petit paquet de maquillages à l’ancienne. On voit la bestiole se décrépir petit à petit, les FX étant de par le fait de plus en plus présents, et de plus en plus plaisants. Et puis un cafard de l’espace croisé avec un redneck, ça reste de la valeur sûre…

Qui a fait ça ?
Aux commandes de ce joli petit tas visuel, on retrouve la société Industrial Light & Magic pour la plupart des CGI (effets visuels numériques) et une équipe gérée par le grand Rick Baker pour les effets au latex. Le gaillard interviendra plus fortement dans le second opus, toujours réalisé par Barry Sonnenfeld et sorti en 2002. Il y a encore plus de monstres dans celui-là !

weekly-monstrorama-1997-men-in-black-01

Un p’tit encas…

weekly-monstrorama-1997-men-in-black-02

Edgar, t’as la peau qui flotte…

weekly-monstrorama-1997-men-in-black-03

C’est mieux comme ça ?

weekly-monstrorama-1997-men-in-black-05

Il aurait pu se maquiller pour être présentable… Personne n’à du cafard à paupière s’il vous plaît ?

weekly-monstrorama-1997-men-in-black-04

Il est con c’type ! hé !

weekly-monstrorama-1997-men-in-black-06

Edgar, quand il demande, il bulle…

weekly-monstrorama-1997-men-in-black-07

Non sérieux, tu commandes à devenir vraiment laid, et venir d’une autre planète n’est pas une excuse.

weekly-monstrorama-1997-men-in-black-08

Crrrrrck…

weekly-monstrorama-1997-men-in-black-09

Mais que fait la peau lisse ?

weekly-monstrorama-1997-men-in-black-10

Quelqu’un aurait de l’insecticide ?

weekly-monstrorama-1997-men-in-black-11

Rampant, mais grimpant !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour être au courant
des derniers articles mis en ligne :