Weekly Monstrorama #46

Il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine très lointaine, il existait un cinéma rempli de monstres géniaux et de creature designers heureux… Pour mieux vous situer la chose c’était il y a à peu près quarante ans sur le plateau d’un film réalisé par un type rondibet et affublé d’horribles lunettes, mais extrêmement prometteur. Le bonhomme en question c’est George Lucas et il vient de signer l’excellent THX 11-38 (1971) et American Graffiti (1973). En pleine confiance il attaque en 1977 la mise en scène de l’épopée spatiale dont il rêve depuis des années, celle là même qui continue à vivre dans les salles de cinéma, les rayons jouets des grands magasins, les rayons t-shirts des magasins de vêtements low-cost, les concours de cosplay miteux ou que sais-je encore… Mais ne jouons pas au vieux con. Certes j’en ai un peu ma dose de Star Wars à toutes les sauces mais le succès est mérité, bien que le scénario soit en bonne partie pompé sur Dune (oui ma p’tite dame), et je serai mauvaise langue si je niais que le bestiaire de la trilogie d’origine me fascine au plus haut point ! Allez Chewie, hyper-espace, direction la Cantina de Mos Eisley !

C’est un film qui parle de quoi ?!
Y’a-t-il réellement besoin de refaire un tour de l’histoire ? Y’a-t-il encore réellement quelqu’un qui ignore de quoi est fait ce Star Wars ? Sérieusement vous n’êtes pas sorti durant ces quarante dernières années ? Même mon neveu de quatre ans peut vous l’expliquer. N’insistez pas, je refuse d’en dire plus !

weekly-monstrorama-1977-greedo-star-wars-top

C’est quoi le monstre de la semaine ?
Le monstre de la semaine est Greedo, un chasseur de prime rodien nerveux mais fort sympathique… Si vous le cherchez il traîne sur Tatooine, quelque part dans la Cantina, un bar réputé pour sa clientèle plutôt laide et peu recommandable.

Il fait quoi ce monstre ?
Ce type à tête de mouche (et veste en cuir de l’espace, of course, sinon c’est pas drôle) travaille pour la pègre spatiale, notamment une grosse limace du nom de Jabba. Il tente de faire payer leurs dettes aux petits voyous qui oublient qu’ils doivent de l’argent aux gros bonnets de la galaxie. Il fait tout ça dans un drôle de langage rigolo avec un léger accent reconnaissable du clan Tetsu pour ceux qui ont pris Rodian LV2 au lycée. Mais je crains que dans son job, Greedo ne soit pas des plus efficace. Il en fera d’ailleurs les frais lorsqu’il croisera la route d’un certain Han Solo qui lui trouera la poitrine façon passoire galactique… Han, je te hais ! L’histoire a cependant du mal à dire qui tire vraiment le premier…

Pourquoi ce monstre est cool ?
Greedo n’est pas un protagoniste de la saga de George Lucas, loin de là. Malgré ça il reste l’un des personnage les plus iconiques et populaires de Star Wars. Sa mort violente en une minute chrono l’a définitivement propulsé dans la haute sphère des personnages ultra charismatiques. Sérieusement, fan de Star Wars ou pas, trouvez-moi une personne, juste une, qui ne serait pas excitée par un spin-off dédié à ce naïf petit homme vert… Turquoise diront les plus tatillons… Et c’est de ça que ce monstre tire toute sa force. Il apparaît dans la scène la plus cool du film (celle de la Cantina, où l’on traverse une galerie de monstres tous plus dégueulasses et/ou amusants les uns que les autres), s’assoit dans un coin sombre, profère quelques menaces et devient l’un des types les plus cools de l’histoire de la science-fiction. Il faut avouer aussi que son design est des plus charmant, mélange bien dosé entre l’image populaire standard de l’extra-terrestre et de la mouche acnéique, parce que… Bah, parce que… Parce qu’il vole… Je sais pas moi, tout ce dont je suis sûr c’est qu’il est beau. Greedo, je t’aime !

Qui a fait ça ?
Comme la plupart des monstres de cette cène ainsi que le personnage de Yoda (mais si vous savez, ce truc à mi chemin entre Jeanne Moreau et une courgette pourrie qui parle tout en verlan et se cache dans les marais qui puent), Greedo a été conçu par Stuart Freeborn qui s’était alors inspiré de son Pea Pod Alien créé pour les besoins d’une pub télévisée. Autre petite info, car je sais que vous êtes friands de ça, le personnage est interprété par deux acteurs différents (pour seulement une petite minute à l’écran, je le rappelle). Sous le masque on retrouve Paul Blake pour les plans larges et Maria De Aragon pour les gros plans. Y’a pas à dire, c’est clair qu’il est plus sexy quand on le voit de près ce Greedo !

weekly-monstrorama-1977-greedo-star-wars-01

Poupoupidou…

weekly-monstrorama-1977-greedo-star-wars-02

Le dernier verre de Greedo, peu avant le coup bas de ce salaud de Solo !

weekly-monstrorama-1977-greedo-star-wars-03

Greedo a une manière très personnelle de dire bonjour. Serrer la main ça fonctionne aussi généralement, mais vu ses doigts, je comprends que ça puisse être compliqué !

weekly-monstrorama-1977-greedo-star-wars-04

T’as de beaux yeux tu sais ? Et puis gros avec ça !

weekly-monstrorama-1977-greedo-star-wars-05

Solo, Greedo, Dodo…

weekly-monstrorama-1977-greedo-star-wars-06

Les dessous sexy de Greedo… Le Rodien cache bien son jeu…

weekly-monstrorama-1977-greedo-star-wars-07

Et si je te mets des verres correcteurs tu arrives à voir venir les sales coups de l’autre Han Solo ?

weekly-monstrorama-1977-greedo-star-wars-08

On devrait pas mettre du biactol sur ces vilains boutons ?

weekly-monstrorama-1977-greedo-star-wars-09

– Bon là, tu arrives, tu fais le malin et tu te fais blaster la tronche… – Pfoooouuuu… J’aurais pas le droit d’essayer de tirer avant ?

weekly-monstrorama-1977-greedo-star-wars-10

Cantina Class of 1977

weekly-monstrorama-1977-greedo-star-wars-11

Ca chatouille quand je fais ça ?

Et cette fois, je dégaine les gifs en premier ! (attention qui dit monstre génial dit gifs décalés)

fail star wars episode 1 awkward high fiveshot shows footage han cantinaAfficher l'image d'origine

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour être au courant
des derniers articles mis en ligne :