Weekly Monstrorama #41

Vous connaissez le point commun entre Rick Moranis, le réalisateur de L’Attaque des Crabes Géants, les comédies musicales et la botanique ? Comment ça il n’y en a aucun ? Vous vous doutez tout de même bien que si je vous pose la question c’est qu’il y a une réponse non ? Bon, trêve de mystère, le point commun entre tout ça c’est The Little Shop of Horrors, métrage réalisé par Frank Oz et sorti en 1986. Ce film musical est un remake du film éponyme de Roger Corman sorti en 1960 (enfin c’est une adaptation de la comédie musicale de Broadway, elle même inspirée de l’œuvre de Corman) et met en scène un Rick Moranis aux prises avec une plante carnivore géante. Alors bande de sceptiques, vous êtes tous bien feintés ! Et si je parle de cette bobine ici, vous vous doutez bien que ce n’est pas pour vous parler des lignes de chants ou de la chemise du plus nerd des acteurs des 80’s. Non si j’évoque ce titre ici c’est parce qu’on trouve dans cette fameuse boutique un monstre plutôt original. Avouez-le, vous êtes heureux. C’est bien normal, vous êtes là pour ça. Allez, aiguisez vos sécateurs, enfilez vos gants de jardinage, on descend dans cette petite boutique coincée au fin fond des ghettos. Feeeeeeed me !

C’est un film qui parle de quoi ?
Seymour Krelborn (Rick « Ghostbusters, Pierrafeu, Chérie j’ai rétréci les gosses, Spaceballs » Moranis) est un pas botaniste. Entendez par là, que ce n’est pas le plus swagé des vendeurs de plantes. Il travaille pourtant chez Monsieur Mushnik (à vos souhaits) en tant que fleuriste. Mais voilà, il y a deux petits tracas dans sa vie minable. First (ça veut dire premièrement en américain), la boutique ne tourne pas du tout et c’est normal, elle est perdue au fond du ghetto (la chanson skid-row est assez insistante pour qu’on retienne cette info). Secundo (ça veut dire deuxièmement quand on parle fort et avec les mains), notre petit nerd est amoureux de sa collègue Audrey, mais la douce sort avec un margoulin de la pire espèce, un sadique, un méchant, un dur, un blouson noir qui prend du plaisir uniquement quand il a l’opportunité d’arracher les dents de ses patients… Ah oui, parce qu’il est dentiste en plus de ça le saligaud. Notre petit Seymour passe donc son temps à se plaindre de sa situation et à chanter à tue-tête (souvent les deux en même temps qui plus est). Mais tout change lorsqu’il sort de sa cave sa création florale : Audrey II. Cette plante est un drôle de machin plutôt mignon qui, une fois exposée en vitrine, ameutera toute la presse locale et un bon paquet de clients, badauds et curieux, soudainement pris d’une envie d’acheter des fleurs. Alors que tout semble s’arranger dans la vie de notre ami à lunettes, la plante commence à montrer son vrai visage et demande à son propriétaire de lui apporter de la chaire humaine, et fraîche de préférence…

weekly-monstrorama-monstre-1986-little-shop-horrors-petite-boutique-horreur-top

C’est quoi le monstre de la semaine ?
Le monstre de la semaine est une plante géante (au début elle est minuscule tout de même) qui se nourrit de chair humaine. Avouez quand même que se faire manger par une fleur, c’est pas de pot. Pour info, ne vous fiez pas à son prénom, Audrey II est un mâle, il pistil debout !

Il fait quoi ce monstre ?
Ce montre se comporte d’abord comme un bébé docile, demandant à Seymour juste quelques gouttes de sang pour pouvoir grandir. C’est au bout de quelques jours que les choses deviennent compliquées. Eh oui, la plante commence à chanter. Elle fredonne à tue-tête « Feed me ! », une ballade qui a le mérite d’être claire puisqu’elle fait comprendre à Seymour que son petit bijou exotique veut dévorer des humains…vivants. Le bougre à beau lui dire non, la coquine semble ne rien vouloir entendre. Peut-être est-elle dure de la feuille, remarquez. Moi je lui aurais dit « Nique ta racine !« , ça aurait pas fait un pli. Et comme vous vous en doutez, la bestiole végétale devient de plus en plus menaçante, géante et autoritaire. Carnivore, ni soumise !

Pourquoi ce monstre est cool ?
J’avais déjà adoré la version 60’s de notre Audrey II, mais ici, avouons-le, tout est un peu plus charmant. Le côté musical donne à cette histoire un aspect décalé (déjà présent dans l’original), les couleurs et le design de la créature apportent cette touche pop et kitsch extrêmement agréable que seule les râleurs de la première heure auront l’audace de critiquer. Déridez vous les gars ! Ce qui est intéressant c’est également tout le côté allégorique qui entoure la créature. Alors sans taper dans le pompeux, on pourra juste remarquer que ce végétal glouton connaîtra une vie à mettre en parallèle à l’éclosion de notre personnage principal. Au fur et à mesure que la confiance du gazier augmente, notre plante grandit jusqu’à devenir gigantesque, et je déconne pas, à la fin elle prend trois quarts de la boutique. Notre fleuriste préféré, quant à lui deviendra une super star du jardinage. Au final, la fleur et le succès feront réfléchir le jeune Seymour sur le poids de la réussite et le prix à payer pour réaliser ses rêves. Mais bon rassurez-vous, on reste dans un esprit débridé et en plus, ça chante. Reposez vos diplômes de psycho et surtout soufflez un coup. Je vous sens tendu. Manquerait plus que vous vous fâchiez tout vert, ce serait le bouquet.

Qui a fait ça ?
Le papa de cette belle plante est Lyle Conway, surtout connu pour avoir bossé sur le film The Blob (1988Chuck Russell). Il faut tout de même savoir qu’Audrey II a été très inspirée par la version de la comédie musicale qui a été créée par un certain Martin P. Robinson connu outre-Atlantique pour avoir travaillé en tant que creature designer ou encore marionnettiste pour la série Sesame Street. Le bonhomme a également bossé sur les animatronics de Teenage Mutant Ninja Turtles (1990Steven Barron). C’est un type qui aime se mettre au vert donc… Comment ça ? C’était la blague de trop ?

weekly-monstrorama-monstre-1986-little-shop-horrors-petite-boutique-horreur-01

Petite plante en pot deviendra grande…

weekly-monstrorama-monstre-1986-little-shop-horrors-petite-boutique-horreur-02

Une goutte de sang pour le dîner, et ensuite dodo…

weekly-monstrorama-monstre-1986-little-shop-horrors-petite-boutique-horreur-03

Ado, Audrey II sort de boîte.

weekly-monstrorama-monstre-1986-little-shop-horrors-petite-boutique-horreur-04

Audrey II, invitée à la radio locale pour une émission qui lui ouvrira les portes du succès.

weekly-monstrorama-monstre-1986-little-shop-horrors-petite-boutique-horreur-05

It’s suppertime !

weekly-monstrorama-monstre-1986-little-shop-horrors-petite-boutique-horreur-06

Comme vous avez de grandes dents !

weekly-monstrorama-monstre-1986-little-shop-horrors-petite-boutique-horreur-07

Miam miam miam, du gros moustachu !

weekly-monstrorama-monstre-1986-little-shop-horrors-petite-boutique-horreur-09

Si vous ne répondez pas rapidement, Audrey II risque d’éclore au fil.

weekly-monstrorama-monstre-1986-little-shop-horrors-petite-boutique-horreur-08

Vous trouvez pas que j’ai grossi ?

weekly-monstrorama-monstre-1986-little-shop-horrors-petite-boutique-horreur-10

Feeeeeeeed us !

Restez pas plantés là, il y a des gifs plus bas :

Little Shop of Horrors THIS IS A PERIOD JOKE ISNT IT EW also sorry for the shitty 3rd gif little shop of horrors 1986 Little Shop of Horrors THIS IS A PERIOD JOKE ISNT IT EW also sorry for the shitty 3rd gif little shop of horrors 1986 Maudit frank oz little shop of horrors Levi Stubbspizza little shop of horrors first world problems

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour être au courant
des derniers articles mis en ligne :