Weekly Monstrorama #36

Même si je n’ai pas connu l’âge d’or des vidéoclubs, j’ai eu la chance de zoner dans les bacs de VHS et DVDs (qui en étaient encore à leurs balbutiements) en location. C’était à la fin des années 90, début des années 2000, avant que cette saloperie de système de VOD ne vienne tuer tout ça. Salauds ! La fermeture du Vidéo Futur de mon bled a été tragique pour mon petit cœur. Et de cette époque, il m’est resté un film, un que je ne cessais de retourner dans tous les sens pour en apprécier chaque miette de la jaquette, pendant que ma mère gérait la partie financière de nos folies locatives. Ce film, trouvé dans la salle du fond de mon vidéoclub, zone qui me semblait magique car regorgeant de monstres purulents, de zombies suintants, d’aliens vicelards, et probablement d’allemandes nymphomanes dévergondées et en petite tenue sur les étalages les plus hauts, c’est Thirteen Ghosts, un film d’horreur réalisé par Steve Beck et sorti en 2001, ça paraît pas si loin mais ça fait déjà 15 ans.

C’est un film qui parle de quoi ?
Ce film  est une histoire de maison hantée dont le personnage principal, Arthur Kriticos (interprété par Tony fuckin’ Shalhoub !) devient l’heureux (ou pas) propriétaire. Alors en pleine dèche, le bonhomme accueille avec le sourire cet héritage du tonton décédé. Au bout de peu, très peu de temps, lui et sa petite famille se rendent compte que leur sous sol est infesté par bon nombre de fantômes pas très jouasses. Pardon ? Combien il y en a ? Bah treize, c’est écrit dans le titre, loser ! Pour la petite info, la bobine est un faux remake d’un film de William Castle, sorti en 1960 et le fantômes sont uniquement visible si on porte les lunettes adéquates. Cette petite astuce scénaristique ajoute pas mal de situations intéressantes. Regardez ce film, c’est tout, j’vais pas tout raconter non plus !

weekly-monstrorama-monstre-2001-thirteen-ghosts-13-fantomes-top

C’est quoi le monstre de la semaine ?
Le monstre de la semaine est un immense fantôme de quasiment deux mètres quinze ! On peut l’appeler Le Guerrier Impitoyable ou Juggernaut, mais dans tous les cas, le constat est clair, on est loin de Casper et de sa petite bouille enfantine. Ici on tape plutôt dans le défiguré, le monstrueux, le blanchâtre à la peau décharnée… C’est clairement pas le genre de type qui vous motive à attaquer une session de ouijah…

Il fait quoi ce monstre ?
Ce monstre défonce tous les gens qui ont le malheur de respirer… Tout le monde quoi ! Mais avant d’être un spectre Horace « Breaker » Mahoney était un pauvre mec, abandonné de tous. Sa mère l’a même abandonné à la naissance. Élevé par son père, il commence à travailler dans la casse familiale, mais quand son géniteur passe l’arme à gauche, notre ‘gusse devient fou. Et quand il devient taré, notre ami ne fait pas les choses à moitié et il va chopper des auto-stoppeuses pour leur briser les os à la main et les donner à manger à son chien… Bah écoutez, on s ‘amuse comme on peut. Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, Horace est un jour tombé sur une fliquette en civil qui a rameuté ses copains. Les types se sont allègrement acharnés sur le gonz’ qui a fini par y rester après qu’ils aient tous vidé une dizaine de chargeurs dans sa carne. Après ça, ben, c’est devenu un fantôme quoi. Mais n’allez pas croire que ça l’a empêché de continuer à tuer et briser des os hein. On trouve toujours un moyen de vivre sa passion. C’est dommage, avec sa taille je suis sûr qu’il aurait pu percer à la NBA !

Pourquoi ce monstre est cool ?
Ce monstre est cool pour trois raisons raisons. Premièrement, il est carrément flippant, son maquillage est sobre mais super réussi, et son physique d’armoire à glace donne pas envie de s’y frotter. Qui plus est, tout est fait en maquillage, l’acteur devait subir 6 heures de préparation avant de tourner une scène. Ça a tendance à rendre la chose extrêmement anxiogène, parce que c’est pas mal foutu et que les expressions du bonhomme font froid dans le dos. Si vous voulez mon avis, traîner dans les couloirs du tournage ne devait pas être super rassurant… Deuxièmement, son histoire est assez intéressante. Pour donner de la profondeur à leur histoire, les scénaristes se sont penchés sur la vie de nos treize fantômes présentés dans la bobine (ça se trouve dans le DVD, ça dure dure un petit quart d’heure et c’est exquis). Le Juggernaut est un peu à part, son histoire est clairement inspirée de types du genre de Ed Gein, Ted Bundy ou Jeffrey Dahmer. Idéal pour créer un vrai malaise quoi… Troisièmement, c’est celui qu’on voit probablement le plus. Il est même le personnage principal d’une scène d’exposition de chasse au fantôme, qui permet au film d’attaquer pied au plancher dans une ambiance assez malsaine à grands renforts d’épaves de voitures et de brouillard de l’au-delà. Et du coup, ça doit jouer un peu sur le fait qu’il reste pour moi, la figure emblématique du métrage, celui qui m’a fait serrer grave les fesses quand j’avais une douzaine d’années. Ha, et il a même un thème perso trop badass dans la B.O. du film signée John Frizell ! Bim !

Qui a fait ça ?
Le responsable maquillage de cette tuerie visuelle (car c’est bien de ça qu’on parle) est Robert Kurtzman ! Quoi vous ne connaissez pas le type ? Soit je vous gifle, soit je vous rappelle poliment qu’il a taffé sur une ribambelle de films tous plus cools les uns que les autres, et que bien souvent il a chapeauté l’ensemble avec beaucoup de succès ! Et pour vous parler du CV de ce bon gars, je ne peux éviter le name dropping outrancier, alors c’est parti : Re-Animator II, Night of the Creeps, Evil Dead II, House III, Maniac Cop III, Ticks, Wishmaster, Scream, The Faculty… Encore ? Ok ! Phantasm II, Hidden, Ghosts of Mars, Freddy 5, Tusk, Invaders from Mars… Calmés ? Ah, et ce qui est cool aussi, c’est que Le Guerrier Impitoyable est interprété par John DeSantis qui a aussi joué Max de la Famille Addams à la télé dans les années 2000

weekly-monstrorama-monstre-2001-thirteen-ghosts-13-fantomes-01

Porter une voiture à main nue ? Facile !

weekly-monstrorama-monstre-2001-thirteen-ghosts-13-fantomes-02

Allez hop, dégagez de là les merdeux !

weekly-monstrorama-monstre-2001-thirteen-ghosts-13-fantomes-03

La magie des maquillages bien fait, c’est que les expressions des acteurs restent super réalistes et donc ici, inquiétantes…

weekly-monstrorama-monstre-2001-thirteen-ghosts-13-fantomes-04

Déterminé notre géant spectral…

weekly-monstrorama-monstre-2001-thirteen-ghosts-13-fantomes-05

Yeux vitreux, teint blanchâtre… Tu devrais voir un médecin, on dirait que t’as de la fièvre…

weekly-monstrorama-monstre-2001-thirteen-ghosts-13-fantomes-06

Grrrr… Méchant !

weekly-monstrorama-monstre-2001-thirteen-ghosts-13-fantomes-07

Vous vous demandiez d’où lui venais le surnom « Breaker » ?

weekly-monstrorama-monstre-2001-thirteen-ghosts-13-fantomes-08

*cri de douleur*

weekly-monstrorama-monstre-2001-thirteen-ghosts-13-fantomes

En cadeau bonus la petite équipe de fantômes maquillés sur le tournage !



Et comme je suis pas un connard, voici la vidéo des bonus DVD qui présente le bonhomme :

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour être au courant
des derniers articles mis en ligne :