Weekly Monstrorama #25

Alors, oui, je vous disais il n’y a (vraiment) pas si longtemps que ça que notre bon vieux Charles Band (réalisateur et producteur de pleins de bobines crapoteuses du fond des 80’s et 90’s) était allé un peu loin dans ses délires avec les séries Evil Bong et Gingerdead Man. Autant pour le premier, je pense qu’il n’y a pas grand chose à sauver (même si le délire passe gentiment, je vous invite à relire l’autre chronique), autant pour le deuxième, je me permets un petit mea culpa. J’avais récupéré la bobine et passé en double accéléré pas mal de passages pour voir ce que ça pouvait donner. Haha, quelle connerie n’ai-je pas faite ? Je m’étais carrément bloqué sur l’aspect ultra cheapos du film. L’image sentait le no budget (normal, c’en est) mais ma curiosité m’a finalement poussée (encore une fois, la gredine !) à me mater la pelloch’ pour me faire un vrai avis. Je ne pouvais résister à l’appel du pain d’épice tueur, que voulez-vous… Résultat des courses, ce mignon petit Gingerdead Man n’est pas un si mauvais élève que ça… Allez hop, direction les fourneaux…

C’est un film qui parle de quoi ?
Sarah, une jeune fille avec moins d’atouts qu’on ne pourrait en attendre d’un tel film (entendez, une poitrine en dessous de la moyenne chez les actrices du cinéma fauché), assiste au meurtre de son père et son frère lors du braquage d’un diner dans lequel…elle dîne.  Le responsable de cette tuerie, un dénommé Millard Findlemeyer (interprété par un Gary Busey, toujours aussi…étrange) l’épargne gentiment. La poulette va donc tout naturellement donner son signalement aux flics qui décident de coffrer le bonhomme et de le griller directement sur la chaise électrique. C’est ce qu’on appelle de la justice expéditive. Une fois cette histoire réglée, notre jolie Sarah (parce que bon, elle est mignonne quand même hein) retourne travailler avec sa mère alcoolique dans la boulangerie/pâtisserie familiale. Un jour elle reçoit une préparation à pain d’épice. Mais le petit souci ici, c’est que cette préparation contient les cendres du psychopathe toujours décidé à se venger de cette vilaine rapporteuse.

weekly-monstrorama-gingerdead-man-charles-band-top

C’est quoi le monstre de la semaine ?
Le monstre de la semaine est un bonhomme en pain d’épice maléfique, relativement vulgaire, vengeur et avec une forte tendance à la violence.

Il fait quoi ce monstre ?
Ce petit bout de gâteau, comprenant des cendres de psychopathe et réveillé par une cuisson trop rapide arrêtée par une violent orage, fait tout ce qu’il peut pour se venger de Sarah. Après avoir insulté violemment et très méchamment une bonne partie du casting, il commence à jouer à cache-cache dans l’arrière boutique (cette phrase ne sonnait pas comme une allusion sexuelle quand j’y ai pensé) avant de choper un couteau, une pince, un flingue et de se défouler… J’allais presque oublier, il conduit aussi. Oui non mais, parce qu’on est plus à ça près si ? Bref, ce petit truc crie et tape et il est fortement conseillé de ne pas rester dans les parages.

Pourquoi ce monstre est cool ?
Comme je vous dis plus ou moins à chaque fois… C’est un putain de bonhomme en putain de pain d’épice qui tue des putains de gens pour se venger de sa condamnation à mort ! Maman, je suis désolé pour la vulgarité mais là… Bon, mais sa coolitude, ou son swag comme disent les jeunes avec leurs coupes de merde, ne vient pas que de là. En effet, si vous avez un tantinet suivi l’histoire, vous aurez compris qu’on a le droit à une version débridée d’un mix entre Frankenstein, Shocker (Wes Craven, 1989) et Chucky (Tom Holland, 1988). Revisiter les mythes est toujours une chose dangereuse et glissante, mais les citer relativement explicitement dans une comédie pseudo-horrifique qui s’assume c’est agréable. J’adore le principe du boogeyman victime d’une forme qui ne lui ressemble pas (entendez, un contraste entre le fond et la forme). Ca me faisait penser à la scène dans Shocker, dans laquelle le méchant type prend le contrôle d’une mignonne gamine… Mais ceci est une autre histoire… En bref, là ou Evil Bong n’avait pas réellement d’intérêt, Gingerdead Man fait preuve d’un amour du bis moins putassier. Drôle oui, putassier, non… Mais bon, comme pour son cousin marijuanneux (si, si ça existe comme adjectif, je vous jure), je suis pas convaincu que le principe de faire une saga ait un réel intérêt. Oui, oui, on a bien 4 Gingerdead Man, si on compte son crossover avec Evil Bong. Nom de Zeus !

Qui a fait ça ?
Le responsable FX de la team sur ce film est un dénommé John Carl Buechler qui a travaillé sur une sacrée tripotée de films fous comme Halloween IV, Bride of Re-Animator, Nightmare on Elm Street IV, Ghoulies II, Demonwarp, Dolls, Terrorvision, Troll… Miam ou pas ?

weekly-monstrorama-gingerdead-man-charles-band-01

Même déjà avant sa transformation voodoo, il faut avouer que notre psychopathe fait déjà flipper avec sa tête non ?

weekly-monstrorama-gingerdead-man-charles-band-02

Oh qu’il est mignon…

weekly-monstrorama-gingerdead-man-charles-band-03

It’s aliiiiive ! Aliiiive !

weekly-monstrorama-gingerdead-man-charles-band-04

Mais d’où lui vient ce magnifique teint doré ?

weekly-monstrorama-gingerdead-man-charles-band-05

Bon, le bonhomme est souvent filmé en gros plan, mais ça va il reste assez expressif non ? Ici : la colère.

weekly-monstrorama-gingerdead-man-charles-band-06

Gingerdead Man adore également noyé ses victimes sous un torrent d’insulte. Ici il doit lâcher un « c*nnasse d’alcoolique ! » ou un truc du style…

weekly-monstrorama-gingerdead-man-charles-band-07

Vroum vroum !

weekly-monstrorama-gingerdead-man-charles-band-08

Pan pan !

weekly-monstrorama-gingerdead-man-charles-band-09

Boum boum !

En guise de friandise de fin d’article, je vous offre même ces quelques gifs de bon aloi, mais n’oubliez pas, la gourmandise est un vilain défaut !
2005 the gingerdead man2005 the gingerdead man2005 the gingerdead man2005 the gingerdead man2005 the gingerdead man2005 the gingerdead manmovie life man games reviewq gary busey the gingerdead man february film meme james snyder

Et attention à l’indigestion !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour être au courant
des derniers articles mis en ligne :