Un Japonais à Versailles

Après Jeff Koons, c’est au tour de Takashi Murakami d’avoir la chance d’exposer au Château de Versailles, déjà qu’avec Koons on était gâté niveau art contemporain kitsch, mais alors là ce Japonais déjanté va vous offrir une splendide farandole d’œuvres toutes plus colorées les unes que les autres.
takashi_murakami
On va finir par croire que le château de Versailles se plaît à inviter le kitsch dans ses locaux, ce qui donne un concept finalement assez étrange que n’importe qui pourra souligner : de l’art contemporain dans de l’architecture du XVIIe. Mais c’est bien plus que ça à mon sens, c’est surtout du kitsch dans du kitsch! C’est plus qu’évident, imaginez des tableaux, des sculptures aux couleurs criardes, dans une Galerie des Glaces aux milles volutes dorées et aux lustres de cristal.
versailles
Mais revenons à Takashi Murakami. Cet artiste s’est progressivement construit un nom dans l’art contemporain grâce à ces sculptures, peintures et objets souvent monumentaux et directement influencés par le pop-art, il est d’ailleurs considéré comme un des représentants les plus importants du mouvement néo-pop japonais appelé Superflat.
Ce digne hérité d’Andy Warhol à la sauce nippon, puise ses sources dans les mangas, les animes et la kawaii attitude, bref dans la culture japonaise comme peut l’admirer le parfait otaku. Voulant affirmer l’autonomie de l’art japonais face à celui de l’occident, il prône également le rapprochement entre ces deux continents, et oui l’art est avant tout international, sans frontière, au delà du concept de nationalité.
takashi_murakami_2
takashi_murakami_3
takashi_murakami_4
takashi_murakami_5
À la manière d’un Warhol et de sa factory, il crée la Hiropon Factory qui existe encore aujourd’hui sous le nom de Kaikai Corporation, une association d’artistes, de graphistes et de créatifs en tous genres qui créent des logos et des motifs pour des vêtements et bon nombre d’autres produits dérivés.
kaikai_corporation
Sublimation ultime -ou pas- de son art (ou tout du moins de sa notoriété), Murakami collabore avec la marque de luxe Louis Vuitton pour sa collection de l’année 2004.
murakami_vuitton
murakami_vuitton_3
murakami_vuitton_2

Pour info, l’exposition Murakami à Versailles a déjà commencée et finira le 12 Décembre 2010, alors si vous êtes de passage dans la capitale n’hésitez plus!
Terminons sur les paroles de l’artiste en question, concernant cet évènement :
« Pour un japonais, y compris moi, le Château de Versailles est l’un des plus grands symboles de l’histoire occidentale. C’est l’emblème d’une ambition d’élégance, de sophistication et d’art dont la plupart d’entre nous ne pouvons que rêver. Bien sûr nous comprenons que l’étincelle qui a mis le feu aux poudres de la révolution est directement partie du centre du bâtiment.

Mais, sous de nombreux aspects, tout est transmis à travers un récit fantastique venant d’un royaume très lointain. Tout comme les français peuvent avoir du mal à recréer dans leur esprit une image exacte de l’époque des Samouraïs, l’histoire de ce palais s’est étiolée pour nous dans la réalité.

Donc, il est probable que le Versailles de mon imagination corresponde à une exagération et à une transformation de mon esprit jusqu’au point d’être devenu une sorte de monde irréel à part entière. C’est ce que j’ai essayé de saisir dans cette exposition.

Je suis le chat du Cheshire qui accueille Alice au pays des merveilles avec son sourire diabolique, et bavarde pendant qu’elle se balade autour du Château. D’un sourire enjoué, je vous invite tous à découvrir le pays des merveilles de Versailles. »

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour être au courant
des derniers articles mis en ligne :